Actualités Gourcy

REGION DU NORD BURKINA FASO
--------------- Unité - Progrès - Justice
PROVINCE DU ZONDOMA
-----------------
COMMUNE DE GOURCY
---------------
COMITE COMMUNAL DE
JUMELAGE DE GOURCY

 

RAPPORT D'ACTIVITÉS DU MOIS DE JUIN 2018


Le mois de juin a connu un ralentissement des travaux de creusage de puits à cause des pluies. Néanmoins, le comité de Gourcy n’a pas chômé puisque d’autres projets tels que le projet de construction du CREN et le projet de réhabilitation des forages étaient à l’ordre du jour. Le présent rapport passe en revue la situation d’avancement de ces deux projets sans manquer de donner des informations en rapport avec les sites de Léléguéré, Kagapessogo et Boogo.


1. Le projet de construction du bâtiment du CREN
Le bureau exécutif du comité communal de jumelage a tenu une rencontre extraordinaire le samedi 23 juin 2018 à son siège à Gourcy, avec un seul point à l’ordre du jour à savoir : « état d’avancement du projet CREN et perspectives ».
Au cours de cette rencontre, le président a fait un récapitulatif de toutes les démarches qui ont été faites. Il a ensuite exhorté les uns et les autres à se mettre à la tâche parce que les réactions semblent plus promptes du côté d’Olonne-sur-Mer qu’à Gourcy.
Parlant des perspectives, le bureau a unanimement souhaité qu’il soit mis en place une commission bipartite (Jumelage-CMA) pour le suivi administratif des travaux, indépendamment du contrôle technique qui sera assuré par un technicien supérieur en génie civil.
Sitôt dite, sitôt faite ! En effet, dès le samedi 30 juin, la commission de suivi composée de six membres a tenu sa première rencontre. Trois membres représentants le comité de jumelage à savoir le trésorier (pour les questions financières), le chargé du suivi des projets et un conseiller municipal pour assurer la liaison avec la mairie. Le CMA est représenté par le médecin-chef de district, le chef du service financier et du matériel du CMA et un agent du CREN. La rencontre du 30 juin qui n’était qu’une prise de contact a été élargie au contrôleur des travaux et à l’entrepreneur chargé de la réalisation du bâtiment.

2. Réhabilitation de forages dans la commune:
L'
eau potable coule de nouveau à Minima, Tangaye, Rogo-Sintané, Rassogoma, Koudoumbo et Moudian.
Début juin, le comité d’Olonne a bien voulu accepter le financement de la réhabilitation de six forages au profit de la commune de Gourcy pour un montant total de 2 312 500 FCFA. De la liste initiale, nous vous faisons remarquer qu’un site a connu un changement de destination à savoir celui de Danaoua. En effet, le forage qui avait retenu à Danaoua a été réhabilité, ce qui a permis de réorienter notre intervention au profit du village de Rassogoma. La réhabilitation à consister à changer toute la tuyauterie qui va pour certains forages jusqu’à 80 m de profondeur ainsi que les accessoires tombés en obsolescence. C’est ainsi que toutes les pompes à pédales ont été remplacées par des pompes manuelles. Le bureau exécutif accompagné par l’artisan réparateur a fait le tour des différents sites pour constater l’effectivité des réhabilitations. Notons de passage que selon le plan communal de développement, près d’une centaine de forages à travers la commune a besoin d’être réhabilité.


3. Les sites de Léléguéré, Boogo et Kagapessogo
Comme indiqué plus haut, les sites Léléguéré, Kagapessogo et Boogo avancent mais pas sans difficultés.
A Léléguéré, le groupement des artisans a accusé un retard dans l’exécution du quatrième puits. En effet, avec le démarrage des puits de Boogo et Kagapessogo courant juin, le GARZ s’est vu obligé de déplacer ses équipes vers ces deux nouveaux sites alors que le quatrième puits était en creusage. Malheureusement, avec les difficultés rencontrées dans ces nouveaux sites, les travaux du quatrième puits de Léléguéré n’ont pas pu être rattrapés à temps. Néanmoins, le GARZ s’affaire à fixer les piquets pour la clôture du site en attendant de revenir au puits dès que le temps sera moins pluvieux.
A Kagapessogo, la situation est assez délicate. En effet, nous vous signalions dans le rapport de mai que le site était sablonneux et que le risque d’éboulement du puits était considérable. Le GARZ a donc préféré sauvegarder les acquis en procédant au busage sans attendre la fin du creusage. Pour ce puits également, il faudra attendre que les pluies se calment avant de poursuivre.
La situation est nettement meilleure à Boogo. En effet, sur une profondeur prévue de 20 m, le puits est présentement à 18,20 m, dont 17 m de creusage pour 1,20 m de fonçage. La margelle a été construite pour prévenir les eaux de ruissellement. Il reste donc à poursuivre les travaux (fonçage, trottoir, abreuvoir, etc.) dès que possible. 

(Rapport établi par Valantin Sayaogo, chargé de suivi des projets du comité de jumelage Gourcy-Olonne)